Terrasses végétalisées : comment garantir un rendu constant et durable

Comment la terrasse va-t-elle vivre ? Comment le projet résistera-t-il à l’épreuve du temps ?  Est-ce que la terrasse végétalisée sera plus jolie ou moins jolie en année 2, 3, 4, etc.  

C’est souvent la grande question que se posent les maîtres d’ouvrage ou les architectes avant de se lancer dans un projet de toit végétalisé. Notamment sur une terrasse. Lorsqu’il s’agit de consacrer de l’espace sur un toit plat à de la végétation, il faut que l’on soit sûr que cette place ne serait pas mieux utilisée autrement. La végétalisation, outre sa contribution à l’environnement (lutte contre les îlots de chaleur, isolation, etc.), doit avoir un rôle dans la façon dont l’immeuble va vivre.  
La terrasse végétalisée devra-t-elle attirer les salariés lors des pauses ? Devront-ils pouvoir s’y promener ? Comment les espaces végétalisés résisteront-ils à l’utilisation de la terrasse ?  

A chaque fois, ces questions ont besoin de réponses architecturales, certes, mais aussi techniques. 
La technique dont il est question ici n’étant pas seulement celle du bâtiment, mais aussi celle des paysagistes et spécialistes de la végétation. 
 
La beauté d’une toiture végétale sera bien entendu fonction de à quoi on la destine (voir notamment cette vidéo sur le sujet)  mais cette beauté doit également être pensée sur plusieurs saisons, en entrant dans le détail du choix des plantes et des contraintes de la structure. 

Le défi du mot vu du ciel

L’un des défis les plus intéressants de ce point de vue que nous ayons eu à relever chez ECOVEGETAL est celui du mot visible depuis le ciel.  Pour la ruche d’entreprises de Tourcoing, il fallait que soit toujours clairement visible “La Tossée” en lettres de fleurs. Il fallait donc avoir une végétation fournie quoi qu’il arrive. L’ensemble doit toujours être dense, et ce, même en période de climat extrême. 
Le projet du cabinet d’architectes Tank Architectes est clair :  il s’agit d’avoir en haut de l’immeuble un espace qui compte dans la vie de celui-ci. A la fois une terrasse où l’on peut passer et pourquoi pas se retrouver, et un jardin qui fait sens : il exprime vers le haut l’identité de l’organisation. 
 
Seulement voilà, tout cela doit résister au temps et à la météo. Grands froids, canicules, sécheresses … rien ne doit compromettre les lettres. C’est pourquoi l’étancheur SMAC a choisi, après mise en concurrence, ECOVEGETAL.

Comment garantir un rendu constant

Les contraintes sont claires : pour garantir la visibilité des lettres depuis le ciel, la pelouse doit rester verte et les fleurs rester colorées. Il n’y a pas de place pour la sécheresse, même partielle. 
Il fallait donc bien sûr prévoir un système d’arrosage sur lequel on pouvait compter.  

ECOVEGETAL propose bien entendu des solutions adaptées  pour l’irrigation sur les toits et terrasse.  Dans de nombreuses configurations, l’apport d’eau sur une terrasse n’est pas indispensable, mais dans ce cas précis, c’était le contraire. Une pelouse qui reste verte, cela exige une irrigation, qu’il s’agisse d’un système par aspersion ou d’un système comme AQUATEC (voir la page des solutions ici). Dans le cas précis, c’est une solution par aspersion qui a été choisie.  

C’est pourtant sur ce problème d’irrigation et d’arrosage que les équipes ont vécu quelques moments d’inquiétude. “Le système a connu des débuts difficiles à cause du manque de pression ou débit de l’eau sur la terrasse, explique-t-on chez ECOVEGETAL. La pression et le débit sont de la responsabilité du plombier, mais bien souvent, en toiture, ils sont mal dimensionnés. C’est un aspect que les architectes négligent ou oublient lors de la conception du bâtiment. Fort heureusement, nous nous sommes rendus compte du problème à temps. Le drain et le filtre ont permis aux plantes de survivre le temps de réparer le système d’arrosage par aspersion.”

Point sensible : le froid du Nord

Au Nord de la France, les hivers sont souvent rudes et la faible épaisseur de terre disponible empêche les plantes de chercher la chaleur et les nutriments en profondeur. Autant dire que former des lettres avec de la végétation et un résultat constant toute l’année n’est pas une équation aussi simple que cela. Elle n’est déjà pas simple au sol, mais sur un toit, les choses se compliquent.  
La faible épaisseur de substrat est une contrainte. Et n’oublions pas que, en outre, les conditions climatiques extrêmes y sont toujours exacerbées. 

Issus de la gamme Lavandulis, les systèmes végétalisés qui ont été installés ici sont prévus pour résister à de telles conditions. Le choix de plantes a donc été fait dans cette gamme (voir aussi sur cette page consacrée à Lavandulis. On voit bien que le système est adapté aux conditions climatiques du Nord de la France.)  

La solution choisie : aromatiques, vivaces florifères et arrosage par aspersion

La combinaison du système Green, avec drain, filtre et terre végétale, ainsi que des jardinières composées d’espèces spécialement choisies pour s’adapter aux conditions climatiques locales, permet de garantir la lisibilité des lettres chaque jour de l’année.

Les plantes qui composent les lettres ont été choisies pour supporter sans problème un manque d’eau temporaire. En outre, elles atteignent 40-60cm de hauteur, ce qui est l’idéal. En cas de périodes de sécheresses plus longues, l’arrosage par aspersion prend alors le relais. Il est d’ailleurs mis en service du printemps à la fin de l’été, par anticipation. 

Température sur les terrasses végétalisées : le lavandulis pour le nord.

Les espèces sélectionnées pour des toitures ou des terrasses végétalisées doivent avoir des racines courtes mais nombreuses. Courtes pour limiter l’épaisseur de substrat nécessaire et limiter ainsi le poids à supporter par la structure. Mais développant un système racinaire important pour pouvoir rester bien accrochées et résister au vent. Les plantes choisies pour le dispositif mis en place ici, dans le cadre d’un système Lavandulis, sont des plantes qui présentent ces particularités, bien sûr, mais qui, en outre, sont suffisamment rustiques pour résister aux températures de la région.