Définition : qu’est-ce que l’évapotranspiration ?

L'évapotranspiration fait partie du cycle de l'eau
Dans l’évapotranspiration, les végétaux rejettent dans l’air l’eau qu’ils ont filtrée.
Image par choe yongwoo de Pixabay

Dans le cycle de l’eau, un phénomène va dans le sens contraire des précipitations : c’est l’évapotranspiration, soit, par définition, l’eau qui remonte dans l’air. Elle naît de deux réactions différentes, le phénomène physique d’évaporation d’une part, et la transpiration des plantes de l’autre.

En quantités, à quoi ça ressemble ?

En France, 440 milliards de m3 de pluie tombent chaque année, soit de quoi remplir 176 millions de piscines olympiques de 2m de profondeur. De toute cette eau, à peine 15% vont en réalité ruisseler au sol, car la plus grande partie s’évapore avant même de s’écouler.

Dans les calculs, on l’exprime en millimètres.

L’évapotranspiration en trois étapes-clés

L’eau des précipitations suit un cycle particulier avant de pouvoir s’infiltrer dans les sols. En fait, son parcours d’évapotranspiration dépend de trois paramètres qui la renvoient dans les airs :

L’évaporation directe de l’eau tombée au sol (et plus le soleil frappe, plus elle est forte) ;

Le gradient d’humidité : plus l’air est sec, plus l’eau s’évapore vite ;

La capacité de transpiration des plantes qui relâchent l’eau qu’elles ont absorbée. C’est ce phénomène qui a le plus d’effet dans le cycle d’évaporation de l’eau.  

Pourquoi encourager l’évapotranspiration

Au contraire de la pluie, qui peut tomber ou ne pas tomber selon les conditions météorologiques, l’évapotranspiration a lieu en continu.

Elle produit donc en continu deux résultats principaux à l’impact positif sur les zones de peuplement humain :

– La régulation des températures en été, grâce à l’humidité que génèrent les plantes et qui rafraîchit l’air. Un chêne adulte peut transpirer jusqu’à 1000 Litres d’eau par jour, avec un effet rafraîchissant plus puissant que tous les climatiseurs d’une même rue réunis. Cela explique le nouvel intérêt politique au reboisement des villes, comme à Paris dont la Mairie offre des arbres à ses habitants. De plus, les canicules successives ont eu un impact sur les réflexions de la ville, avec une prise de conscience des mairies qui vont miser sur l’évapotranspiration pour lutter contre les îlots de chaleur.

– La diminution du risque d’inondations en réduisant le ruissellement des eaux sur des surfaces imperméabilisées. Logiquement, plus l’eau s’évapore, moins elle ruisselle. C’est ce qui encourage aussi aujourd’hui des choix de sols perméables en ville pour lutter contre les risques d’inondations.