20 questions-clés autour de la toiture végétale

Mon toit est-il adapté à une solution vegétalisée ? Quel intérêt, en réalité, à l’installation d’une toiture végétale dans ce projet ? Ne risque-t-on pas de s’arracher les cheveux avec les questions de portance et d’étanchéité ?

Voici les 20 questions les plus posées autour de la toiture végétalisée… Et qui devraient vous rassurer sur la faisabilité, voire la simplicité de ces systèmes.

1. Une toiture végétalisée en pente, c’est impossible ?

Pas du tout ! Une toiture végétalisée en forte pente, en double pente, pointe en diamant, toit cintré : tout est possible. Fixations solides, crochets de bas de pente, natte de protection pour la rétention d’eau et maintien du substrat par dalles alvéolaires : les systèmes ECOVEGETAL vous permettent de créer des toits végétaux même sur une pente à 200%.

2. Peut-on garantir une végétation toute l’année ou mon client va-t-il se retrouver avec un toit pelé en plein hiver ?  

Une fois le toit recouvert de végétation, il devrait offrir un rendu visuel tout au long de l’année. C’est l’avantage notamment d’une toiture végétale extensive : ce type de végétaux évolue tout au long de l’année, avec des variations de couleurs du vert au rouge, et une floraison de mai à octobre. Et il ne disparaît pas en hiver. Plus vous recourrez à une végétation composée, plus le résultat visuel sera riche toute l’année.

3. La mise en place est-elle automatique ? Peut-on espérer un toit végétal opérationnel dès la remise au client ?

Oui, la pose d’une toiture végétale peut se faire très rapidement, selon la solution que vous avez choisie. Nous cultivons nos végétaux en plein champs pour vous fournir toute l’année, ainsi qu’en bacs végétalisés, tapis pré-cultivés, godets et sedums. Un système de type ECOSEDUM PACK, par exemple, vous garantit un résultat esthétique dès l’installation.

4. Y a-t-il un risque d’excédent de poids avec les végétaux, qui met le toit en danger ?

Vos calculs doivent intégrer le poids des végétaux à taille adulte, les matériaux (toiture végétalisée sur bac acier ou bacs pour potager, par exemple), les dalles drainantes, l’arrosage, la terre et le substrat à CME. Dès la conception de votre projet, nous vous aidons à prévoir une toiture végétalisée légère. Le calcul du poids d’une toiture végétalisée n’est absolument pas compliqué, une fois que vous connaissez les éléments à prendre en compte.

5. Végétaux, arrosage et rétention des eaux : n’est-ce pas dangereux pour une toiture (poids, infiltrations, ruissellement) ?

Au contraire. Vos plantes vont avoir tendance à retenir l’eau, et cela joue en faveur de votre toiture-terrasse ou toit végétal. C’est un atout en cas de fortes intempéries car cela évite en partie le ruissellement qui va engorger les systèmes d’évacuation des eaux urbaines et finit par provoquer débordements et inondations. Côté poids, ce n’est pas un problème dès lors que vous avez fait vos calculs de portance à CME (capacité maximale en eau).

Quant au risque d’infiltrations, c’est l’inverse : le système de toiture végétalisée garantit justement une bonne isolation et une étanchéité intégrale.

6. Quels matériaux garantissent l’étanchéité d’une toiture végétalisée ?

Parmi les outils essentiels de la réussite de votre toit végétal, il y a la membrane d’étanchéité. Avec un traitement antiracinaire, des membranes bitumineuses, EPDM et PVC protègent parfaitement votre toiture végétale.   

7. Peut-on envisager d’installer un arbre sur un toit plat ?

Il y a peu de limites dans le choix des plantes pour toiture végétalisée. Les critères essentiels sont liés au climat, à la position géographique, l’ensoleillement et autres facteurs naturels. Ensuite, ce sont des questions classiques de portance et d’étanchéité de la membrane. Sans parler de chêne, vous pouvez planter des arbustes et petits arbustes qui rentrent dans vos calculs de poids de charge.

8. Du gazon sur un toit : c’est ridicule, compte-tenu de l’entretien nécessaire ?

Tout dépend de votre projet et du type de toiture. Un gazon doit être entretenu et tondu régulièrement (environ 15 passages par an), il faut donc avoir un accès facile au toit et avoir intégré dès le départ ces interventions futures. Sur une toiture plate, pour un effet jardin suspendu, jardin zen ou en complément de potagers, votre plantation de gazon s’intègre à merveille.

9. Une toiture végétalisée sans entretien, ça existe ?

Certains choix de végétaux très autonomes vous permettent de limiter l’entretien de la toiture. Les végétations extensives réclament très peu d’attention. 3 passages par an suffisent pour un désherbage et l’évacuation des eaux pluviales (et l’entretien d’un éventuel système d’arrosage).

10. Question agencement : faut-il intégrer des allées pour les passages d’entretien ?

Tout dépend encore du type de végétaux choisis et des types de toits. Sur les toitures-terrasses, vous pouvez prévoir un accès facile avec des allées pour circuler si vous comptez sur un gazon, un potager ou des arbustes à tailler. En revanche, un tapis de sedum simple peut tolérer qu’on lui marche dessus deux ou trois fois par an lors des passages d’entretien.

11. Une toiture végétale à Lille ou dans les Hauts de France : c’est illusoire ?

Si la végétation s’épanouit dans cette région, pourquoi pas sur un toit ! Il s’agit de choisir les bons végétaux. Une végétalisation extensive composée de plantes indigènes du Nord de la France, avec une certification BREEAM, par exemple, est parfaitement adaptée à la région. Elle offre une bonne tenue sur toute l’année.

12. Un toit végétal dans le Sud risque de dépérir plus vite avec la chaleur ?

Là encore, c’est une question de choix de végétaux. Des plantes adaptées à la région ne dépériront pas avec la canicule. Soit une palette végétale adaptée aux climats secs, avec une forte rétention d’eau, que vous allez renforcer avec une natte absorbante et une couche drainante minérale.

13. Dans une région très sèche, une toiture végétale risque-t-elle plus de départs de feux ?

Pas forcément. Et même, au contraire ! Parce que ses végétaux et leurs substrats stockent l’eau de pluie, ils peuvent former en réalité une barrière contre les flammes. Un tapis végétal bien lesté, des plates grasses, un substrat certifié résistance maximale au feu : certains matériaux naturels sont un meilleur rempart contre les incendies.

14. Extensif, intensif : qu’est-ce que ça veut dire ?

Il s’agit du type de végétation. Une conception extensive réunit des espèces de plantes résistantes comme les sedums. On parle aussi d’extensive composée lorsqu’on y ajoute des plantes à fleurs et herbacées hautes pour un effet prairie.  

La végétalisation intensive concerne des plantes aromatiques, du gazon, des arbustes voire des massifs, entrant dans un concept plus proche du jardin sur le toit.  

15. Quelle est la durée de vie réelle d’une toiture végétale ?

ECOVEGETAL vous garantit une toiture en bel état pour vingt ans. En respectant les règles d’entretien, le choix de la végétalisation offre aussi une plus longue durée de vie à votre toit.

16. Peut-on mesurer les effets réels sur la biodiversité ?

Une toiture verte ou un tapis végétal replace un environnement naturel là où il n’y en avait plus (urbanisation intensive). Ce qui permet de recréer un îlot de verdure avec nourriture, lieux de vie et de reproduction pour des espèces essentielles au bon équilibre de la biodiversité (insectes pollinisateurs comme les abeilles, papillons, chauves-souris, oiseaux migrateurs, etc.).

17. Quel est l’impact d’un toit végétal sur le cycle de l’eau ?

L’impact est considérable. Les végétaux captent l’eau de pluie, la filtrent et la rejettent peu à peu dans l’air par évapotranspiration. Les effets sont multiples : on évite le ruissellement massif et l’engorgement des gouttières en cas de fortes pluies. À l’inverse, on compense aussi la sécheresse et les fortes chaleurs en jouant sur l’évapotranspiration qui ré-humidifie l’air.

18. Quel est le rapport avec le phénomène des îlots de chaleur ?

L’évapotranspiration, d’abord, fait redescendre la température de plusieurs degrés. Les végétaux et leurs substrats absorbent le rayonnement solaire au lieu de le renvoyer immédiatement, évitant la surchauffe en milieu urbain où les matériaux sont 100% hermétiques. Enfin, la présence des substrats qui isolent le toit et régulent sa température participe à l’équilibre thermique de l’immeuble.

19. Y a-t-il des saisons spécifiques pour installer une toiture végétalisée ?

On peut poser une toiture végétale toute l’année, mais il est préférable de respecter la saison des semis si vous n’envisagez pas de poser un tapis végétal pré-cultivé. En cas de gel, l’installation doit être suspendue.

20. Comment une toiture végétale peut-elle être isolante ?

Isolation phonique et thermique : une toiture végétale présente les deux avantages. Contrairement aux isolants classiques qui évitent la perte de calories, elle devient un bon isolant par effet bioclimatique. Vous pouvez en lire plus dans cet article sur l’effet isolant d’une toiture végétalisée.

Vous voulez avancer plus précisément dans un projet de toiture végétalisée ? Découvrez ici les guides ECOVEGETAL pour vous préparer.